Actualité
Biographie & CV
Démarche
Paysages
Peindre la Chair
Peintures Murales
Buon Fresco
Bibliographie
Contact


TRAVERSES 2014

La galerie Marie-Claude Duchosal présente

TRAVERSES
Peintures d’Isabelle Bonzom



Exposition du 3 au 30 octobre 2014
Vernissage, vendredi 3 octobre de 17 à 21h

Lire l'article de l'écrivain et journaliste américaine, Kathy Borrus sur l'exposition.


Le 10 octobre à 18h,
« La couleur dans la peinture d'Isabelle Bonzom, une fête pour l'œil et l’esprit »

conférence d’Arlette Sérullaz, directrice honoraire du Musée Eugène Delacroix et conservatrice au Louvre.

Plus d'info sur la conférence

&

Vidéo retraçant cette conférence


Galerie Marie-Claude Duchosal, 1 rue Ferdinand Duval, 75004 Paris, France
du mardi au samedi, de 14h à 19h et sur rendez-vous, 06 12 78 64 57, métro Saint-Paul

camouflage VII

«Isabelle Bonzom peint la saveur des choses. Elle peint le devenir fluide de la chair, la tourmente et la turbulence des corps, leurs passages», écrit Pierre Sterckx, critique d’art à Beaux-Arts Magazine.

En effet, pour Isabelle Bonzom, la peinture est corps vivant et sensuel, espace de réflexion et d’expérimentation. Riche en paradoxes, sa peinture est, à la fois, grave et jubilatoire, tonique et savoureuse ; elle suggère et révèle. Simple au premier abord, son art est complexe, il allie fraîcheur et maturité, intuition et savoir.

«Dans sa jubilation de l’acte viscéral de créer, de nouveaux territoires picturaux s’ouvrent à Isabelle Bonzom et par elle», estime l’historien d’art Vincent Cristofoli. Pour la critique d’art et psychothérapeute Paola Cocchi, «la peinture d’Isabelle Bonzom est toujours à la lisière. Elle procure une sensation de vertige vis-à-vis de la perception des images».

Dans un texte inédit où il médite sur la peinture d’Isabelle Bonzom, l’artiste américain Eric Fischl écrit : «C’est un paradoxe. La rupture se produit quand les conflits entre l’intérieur et l’extérieur de nos vies sont rendus visibles. Tu sembles me dire, à travers la vision de ta peinture : Si tu vois une feuille d’arbre en feu, comprendras-tu l’amour ? Si tu vois les arbres exploser avec la force d’une cascade mais brûlants de désir, te rendras-tu compte finalement que l’amour t’a consumé?».

Eunju Park, journaliste à Art Price South Korea, précise que «dans nos sociétés construites sur les valeurs du travail et de la productivité et focalisées sur la consommation à outrance et les apparences, l’art d’Isabelle Bonzom revitalise en offrant un espace et un temps propices au repos et à la méditation de l’esprit. Pour elle, un rôle important de l’art est de réconcilier. Son travail consiste en partie à accueillir les bonnes énergies et à les laisser circuler dans la peinture».

Les paysages peints par Isabelle Bonzom sont des zones d’échanges et de passages. Le végétal, en pluie fertile, envahit l’espace et perturbe l’univers minéral de la ville aux architectures étonnamment translucides. Dans ses paysages, hommes et femmes flânent ou s’activent. Les êtres sont des particules qui se fondent dans un tout où les énergies circulent.

Le conservateur Colin Lemoine, critique d’art au Journal des Arts et au magazine L’Oeil, souligne aussi qu’« Isabelle Bonzom sait la fragilité comme la grandeur de l’instant décisif, sa charge d’inconnu comme sa discrétion universelle. Ici un carrefour peuplé par la solitude, là une rue habitée par des anonymes ; ici un arbre entraperçu, là une ombre probable. Tout se fond, s’accorde. Tout paraît nécessaire et évident, comme si le monde se voyait enfin mis en mots, en formes. Les choses prennent sens ».


Isabelle Bonzom est diplômée des Beaux-Arts. En 1992 puis en 1996, les Musées de Saint Maur et de l’île de Noirmoutier lui ont donné carte blanche pour présenter sa peinture en fonction de leurs collections. Invitée par le commissaire d’exposition Olivier Delavallade, elle a participé à l’édition 1998 de L’Art dans les Chapelles. Les Ministères de la Culture et de la Justice lui ont commandé, en 2000, une série de peintures murales pour la Maison d’Arrêt de Saint-Malo. Depuis 2007, sa peinture figure dans le groupe d’artistes contemporains des Éditions de l’UNESCO. À Paris, les galeries d’Est & d’Ouest, Peirce et Boissière-Gomendio ont monté des expositions personnelles de son œuvre. Le critique d’art Pierre Sterckx a choisi de montrer la peinture d’Isabelle Bonzom dans l’exposition Jouvences qu’il organisait au Château d’Ardelay en 2010 et qui réunissait des personnalités majeures de l’art contemporain comme Tony Cragg, Wim Delvoye ou Julie Mehretu. À Séoul, la galerie 1-2-3 a exposé son travail. À New York, Isabelle Bonzom participa en 2007 au Zona Red Hook Art Show et, en 2012, à Take Home a Nude organisé par la New York Academy of Art et Sotheby’s. Cette année, elle a été sélectionnée pour participer au Selfie Show du Museum of New Art de Détroit. Sa peinture a été présentée aux foires d’art contemporain Art Brussels (2005 et 2006), Art London (2008) et Art Élysées (2012). L'œuvre d'Isabelle Bonzom figure dans des collections privées (France, Angleterre, Belgique, Costa Rica, Mexique, Japon, Corée du Sud, Luxembourg, États-Unis, etc.) et dans des collections publiques (Musée de Saint-Maur, Musées de Noirmoutier, Ville des Herbiers).
Pour compléter, lire Bio & CV

Voir d'autres paysages exposés


Retour