Actualité
Biographie & CV
Démarche
Paysages
Peindre la Chair
Peintures Murales
Buon Fresco
Bibliographie
Contact


ISABELLE BONZOM
À L'ART DANS LES CHAPELLES


Le festival d'art contemporain, l'Art dans les Chapelles, rassemble les publics d'amateurs d'art, de patrimoine historique et religieux ainsi que les amoureux d'environnement naturel. Cette institution culturelle est notamment soutenue par le Ministère de la Culture. Depuis 25 ans, un circuit d'expositions est organisé allant de chapelle en chapelle dans la vallée du Blavet, entre Pontivy et Vannes, en Bretagne. Ces chapelles abritent les expositions in situ d'artistes contemporains.

En 1998, le directeur de L'art dans les Chapelles et commissaire d'exposition Olivier Delavallade a invité l'artiste Isabelle Bonzom à créer une exposition en fonction du lieu. Ils ont choisi la chapelle Saint Trémeur, située près de Bubry, en lisière de forêt.

Sensible à l'environnement arboré et au contexte iconographique, Isabelle Bonzom a conçu et réalisé un parcours pictural lié à la fonction de l'édifice et à sa situation, lié aussi aux sculptures et matériaux de l'autel et à l'hémicycle d'arbres qui entoure la chapelle.
S'inspirant des deux statues en bois polychrome de l'autel représentant Saint Trémeur portant sa propre tête et Saint Isidore aux traits grotesques, Isabelle Bonzom a exposé un ensemble de visages et d'expressions allant de la gravité à l'éclat de rire. Elle a ainsi offert au spectateur-promeneur un parcours incitant à une circulation de l'intérieur de la chapelle à l'extérieur, et inversement.

Ci-dessus, de gauche à droite :
Isabelle Bonzom "Sérénité" 1998 - aquarelle, huile/toile - 90x90cm. Autel, statue de Saint Trémeur, bois polychrome, XVIIè siècle.


"Chaque dessin ou tableau est une nouvelle expérience. Il s'agit de capter la forme et les transformations d'un visage ou mouvement, la coloration d'une peau, la palpitation de la chair, l'expression d'un regard ou d'une bouche, de saisir des sentiments intérieurs ou des sourires explosifs. Sujet et peinture se métamorphosent. Détaché de son contexte, grâce au gros plan et au changement d'échelle, le visage prend - au sens propre comme au figuré - une autre dimension. Je le traite par superpositions de touches amples de couleurs transparentes ou opaques. L'image et la peinture débordent du cadre, s'étalent sur les côtés du tableau qui devient alors relief.

Chaque exposition est une nouvelle aventure. Il s'agit de proposer au spectateur un parcours qui repose sur les liens entre peinture et environnement. Je crée ainsi des correspondances entre le sujet, le support, la peinture et le contexte naturel et architectural du lieu d'exposition. Dans la campagne morbihanaise, deux statues au visage tragique ornent seules, habituellement, la chapelle Saint-Trémeur. Cet été, ce lieu d'union et de réunion est complété, en quelque sorte peuplé, d'une petite humanité, aperçu de mon travail."

Isabelle Bonzom, 1998


Ci-dessous, de gauche à droite, tableaux situés à droite de l'autel :
Isabelle Bonzom "Gourmande" aquarelle, huile/ toile, 54,5 x50cm, "Instantané", " Yeux clos" et "Charmeur" aquarelle, huile/ toile, 90x90cm


"Visages radieux ou douloureux, graves puis progressivement souriants d'Isabelle Bonzom. Rendre la vérité du sujet sans concession, dans une lumière crue qui souligne les traces, l'histoire. L'incarnation, ici et maintenant, absolument actuelle..."


Olivier Delavallade, commissaire d'exposition, extrait du texte d'inauguration, 1998

 


Ci-dessus: Isabelle Bonzom " Des arbres nous regardent " huile/acier/bois, hémicycle d'arbres autour de la chapelle Saint-Trémeur

 

Martine Méheut, philosophe et ancienne directrice de la collection De la pensée aux éditions Alinéa, donne son point de vue sur la série de visages peints par Isabelle Bonzom:

"Ce sont des regards extrêmement présents mais sans notion de futur ou de passé. C'est une présence intemporelle, tout l'anecdotique a été retiré, or le temporel est une forme d'anecdotique. Ces personnages peints sont présents quelle que soit l'époque à laquelle ils vivaient.

C'est un passage hors du temps par la plénitude et non pas par la fixité. C'est une présence vivante, il y a de la vie là-dedans, mais c'est de la vie sans temps qui court, sans éphémère. Ce que je crois commun à la philosophie et à l'art, c'est ce goût de l'intérêt pour l'obscur, parce qu'il est plus riche que ce qui est évident. Il y a le sacré, l'art et la philsosophie qui partagent ce goût de l'obscurité, non pas parce que c'est obscur, mais parce qu'on a saisi que c'est là où se trouvait l'essentiel.

Dans ces peintures d'Isabelle Bonzom, je ressens le sacré, c'est à dire, le dépassement du prosaïque. Tout n'est pas explicable, non pas parce que l'on n'a pas suffisamment cheminé, mais parce qu'il y a un domaine dont on ne fera jamais le tour. Le religieux, c'est ce qui relie les hommes entre eux, il y a tout l'aspect rituel dans le religieux. Il y a le partage, la dimension sociale. Le sacré, c'est l'exception pour certains êtres, c'est très mystérieux, parce qu'il y a des êtres religieux qui ne sont pas du tout sacrés, et il y a des êtres qui ont le sens du sacré et qui ne sont pas du tout religieux. Le sacré est de l'ordre d'une expérience personnelle, et non pas sociale.
"

Martine Méheut, (extrait) 1992



Ci-dessus, de gauche à droite, peintures d'Isabelle Bonzom dans la chapelle Saint-Trémeur:
"Mélancolie" 1991 - aquarelle, huile/toile - 90x90cm, "Coeurs brisés" 1991- encre/huit rondins de bois


"Les peintures d'Isabelle Bonzom renouent avec la forme. L'image devient un réel plaisir à regarder. À travers des visages traités dans des dimensions variées, l'artiste a su reproduire avec grand talent l'instant fugitif d'une expression : l'éclat de rire, la joie de vivre éclatent dans son oeuvre... Isabelle Bonzom a noué pour l'été un lien solide entre son oeuvre et la chapelle Saint-Trémeur"


Ouest France, juillet 1998

 

Ci-dessus, tableaux d'Isabelle Bonzom à l'entrée de la chapelle Saint-Trémeur : "Sérénité", aquarelle, huile/toile - 90x90cm

 


Exposition anniversaire des
25 années de création d'art contemporain, 2016

Isabelle Bonzom participe au 25ème anniversaire de l'Art dans les Chapelles. D'abord organisée en juin 2016 à la Galerie Jean Fournier à Paris, l'exposition anniversaire présentant une centaine d'oeuvres d'artistes est visible au Centre d'art Les Bains-Douches de Pontivy du 9 juillet au 18 septembre 2016.


Ci-dessous, peintures d'Isabelle Bonzom présentées lors de l'exposition anniversaire de L'art dans les Chapelles
"Faces, I, II et III" 1991 - encre de Chine/bâche de coton - 15,5x12cm chaque

 

Découvrez les premières expositions in situ d'Isabelle Bonzom :

"Feuille à Feuille - Tête à Tête" créée pour le Musée de saint Maur - Villa Medicis

et l'exposition "Analogies" créée pour le Musée des Arts et Traditions de l'ïle de Noirmoutier



Des Sourires à Chapelle de la Salpêtrière, 1999

 

Un an après son exposition personnelle à L'art dans les chapelles, dans le Morbihan, Isabelle Bonzom a exposé une partie de ce travail sur le visage et ses expressions à la Chapelle Saint-Louis de la Salpêtrière à Paris.

Ci-dessus, Isabelle Bonzom "Dans sa peau" 1998 - aquarelle, huile/toile - 90x90cm - Chapelle de la Salpêtrière

La Chapelle Saint-Louis de la Salpêtrière, conçue par Bruand and construite autour de 1675, se situe dans l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière fondé par Louis XIV. L'hôpital devint un centre de recherche psychiatrique. Charcot, considéré comme le fondateur de la neurologie moderne, y travailla et enseigna. Aujourd'hui, l'hôpital Saint-Louis de la Salpêtrière est un des plus grands hôpitaux d'Europe avec un service de cancérologie renommé. La chapelle de la Salpêtrière est aussi utilisée comme lieu d'exposition d'art contemporain. En montrant sa série de Sourires dans ce contexte, Isabelle Bonzom se référait aux études scientifiques et artistiques sur la sémantique de l'expression du visage. Elle désirait également insuffler un peu d'espoir et de joie dans cet ensemble architectural, religieux et médical, lourdement chargé.

Ci-dessous, peintures d'Isabelle Bonzom présentées à la Chapelle de la Salpêtrière, en 1999. De gauche à droite:
"Instantané" - "Gospel" - "Yeux clos" - " Dans sa peau"


Retour